MANIFESTE POUR UNE EUROPE DES PEUPLES,
Ouvrage collectif, dirigé par Jean-Michel Vernochet
MANIFESTE POUR UNE EUROPE DES PEUPLESCe livre met à plat les résultats de l'Europe, telle qu'elle a été fricotée, dans le dos des peuples, depuis un demi-siècle, et donne des pistes pour sa reprise en main par les Européens.
Les 17 auteurs qui se retrouvent dans ces pages ne sont pas d'accord sur tout, en particulier sur l'euro. L'Union européenne a été voulue par les USA comme outil pour nous vassaliser, et affaiblir les anciennes nations : c'est l'équivalent de l'ALENA, regroupant USA, Canada et Mexique, que les USA veulent consolider : un espace de libre échange, extensible à volonté, et des institutions sans aucune limite de compétence.
Le Traité constitutionnel est un fourbi incohérent qui permettait toutes les dérives, contre la volonté populaire, bien au-delà des questions de protection sociale. Au départ, c'est l'idée paneuropéenne de Richard de Coudenhove Kalergi, dès 1922, qui visa à insérer l'Europe dans la mondialisation (Pierre Hillard). L'ennemi est donc l'idée d'empire atlantique, intériorisé, assumé par les gestionnaires politiques de chaque pays. La critique juridique de l'actuelle Union (par Anne-Marie Le Pourhiet) est un socle : il s'agit de piétiner le droit de chaque nation et les libertés individuelles, en ce moment sous prétexte de combattre le terrorisme, à terme pour empêcher toute opinion populaire de s'exprimer, pour abolir la démocratie.
Le "Manifeste pour l'Europe" est un bréviaire utile. Jean-Michel Vernochet a su réunir les auteurs compétents, les données fondamentales (les notes du dernier chapitre sont une mine), les thèmes qui font l'assentiment des gens honnêtes contre les bonimenteurs serviles ; et il trouve, dans son chapitre de conclusion, les formules et les mots de bon aloi, qui font faire des bonds à la réflexion.
C'est actuellement le seul ouvrage disponible présentant une vision cohérente de ce que devrait être cette "autre" Europe, réaliste et en accord avec les réalités et non pas axée sur un volontarisme utopique dont les limites sont déjà visibles dans les discordances entre les deux Europes, de l'Est et de l'Ouest. Une nouvelle vision de la construction européenne, celle qu'attendent les acteurs économiques et sociaux de plus en plus inquiets des errances de Bruxelles.

Prix public : 27 € o Pour les abonnés de B. I. et les membres de Vérité et Justice : 20 €
A commander aux Editions du Rouvre, 1 villa Gagliardini, 75020 Paris.
Fax : 01 46 36 22 52 o E-mail : Jean-Michel.Vernochet@wanadoo.fr

 
 DEUX NOUVEAUX LIVRES D'IVANKA MIKITCH
 
Ivanka Mikitch - Le baiser du moustiqueLE BAISER DU MOUSTIQUE
Derrière ce titre insolite, accompagné du sous-titre "De la guerre à l'amour", se cache un récit autobiographique d'une grande sensibilité littéraire. Par sa composition et son style d'écriture, qui l'éloigne délibérément du genre conventionnel des "mémoires", le livre se qualifierait facilement de roman, si l'auteur ne revendiquait hautement la quasi- exactitude de ce qu'elle raconte (ou, plutôt, conte). Son sujet : le passage de l'enfance à l'adolescence d'une gamine de bonne famille belgradoise, prise dans l'étau de la guerre, entre 1941 et 1944. Il serait plus juste de dire : le passage de l'état d'enfant à celui de femme, car on n'avait guère le loisir, en ces temps de fer et de feu, de s'attarder dans l'adolescence.
Moustique, c'est le sobriquet dont l'a affublée une camarade de classe (cet âge est sans pitié !) et par lequel ses parents et ses proches l'interpellent affectueusement. Le surnom, on s'en doute, ne plaît guère à la fillette de quatorze ans, car il lui rappelle ses "jambes qui prenaient racine sous le menton" et sa "poitrine à deux nœuds sur une planche". Moustique, pour sa part, se voit papillon (et - ça le livre ne le dit pas - le deviendra : rappelons qu'Ivanka fut danseuse étoile, mannequin, championne de natation, et bien d'autres choses encore, qui ne dénotent pas un déficit d'épanouissement féminin !).
Quoi qu'il en soit, tandis que Moustique fait sa mue et se débat avec les fulgurances et les trous noirs de la puberté, d'autres blessures lui sont infligées, qui n'ont, celles-là, rien à voir avec son physique. C'est l'Histoire, sous son visage le plus atroce, qui fait irruption dans sa vie. Le récit commence avec les préludes de l'attaque allemande contre la Yougoslavie, et s'achève avec la prise de pouvoir des Partisans de Tito. On sait, depuis "La chartreuse de Parme", que la guerre n'est jamais mieux racontée que quand elle est vécue à travers les yeux d'un protagoniste qui n'en perçoit que les répercussions minuscules sur sa pro pre existence, sans en comprendre le déroulement et les enjeux.
Le beau livre d'Ivanka Mikitch en est une confirmation supplémentaire. Il ne s'agit pas, ici, d'une bataille, bien sûr, mais de la guerre vécue par les civils : bombardements, exodes, pénuries en tout genre, atrocités... À travers la mue de Moustique, et étroitement tissée avec elle, c'est donc toute l'histoire tragique de la guerre en Serbie qui défile, vécue en quelque sorte, charnellement, par une adolescente qui découvre parallèlement les exigences exaltantes de la sexualité.
Sans jamais céder à la tentation de transformer son récit en livre d'histoire, l'auteur sait le parsemer judicieusement d'indications qui permettent au lecteur de suivre pas à pas l'évolution des rapports de force, et d'insérer les péripéties privées dans leur contexte macroscopique. À ce titre, ce roman autobiographique est aussi une contribution à la compréhension de la Serbie contemporaine.
Ivanka Mikitch a le talent rare de savoir évoquer tout le halo d'une époque particulière à travers quelques notations de couleur, de formes ou même d'odeurs. Sa phrase est incisive, précise, percutante ; elle ne s'attarde jamais à détailler ce que quelques traits bien placés ont suffi à suggérer.
On n'admirera pas moins la fraîcheur de regard avec laquelle elle a su restituer - tant
d'années après - les émois et perceptions du monde d'une jeune fille en fleur. La vivacité du souvenir y est, bien sûr, pour quelque chose ; mais le talent de la romancière y est pour beaucoup.
Le livre, rappelons-le, est sous-titré "de la guerre à l'amour". On n'a parlé ici que de la guerre : c'est pour mieux laisser au lecteur le plaisir de découvrir lui-même l'autre versant de ce récit, qui n'est, évidemment, pas le moins attrayant !

21,5 x 30 cm, 312 p., ISBN 2-296-01238-8, 22 euros
EDITIONS DE L’HARMATTAN, 5-7, RUE DE L’ECOLE POLYTECHNIQUE, 75005 PARIS
diffusion.harmattan@wanadoo.frwww.librairieharmattan.com
En vente aussi sur Amazon
 
Attention ! En nombre limité d’exemplaires !
OFFRE SPÉCIALE POUR LES ABONNÉS DE B. I.
ET LES MEMBRES DE “VÉRITÉ ET JUSTICE” :

Le baiser du moustique” à 16 euros au lieu de 22
(frais d‘envoi compris en France, supplément 4 euros pour envoi à l’étranger)
Commandes à CAP 8, BP 391, 75869 Paris cedex 18
lodalmas@wanadoo.fr Fax : 01 42 23 07 30
 
Ivanka Mikitch - Sex shop bluesSEX-SHOP BLUES
"Sex-shop blues" est un journal de bord insolite : la vie quotidienne - et les expériences vécues - de l'auteur, à peine romancés, dans un sex shop tenu au début des années 70. Les premiers balbutiements de l'affranchissement sexuel dans le sillage de mai 68, les démêlés avec la censure, les découvertes érotiques et les aventures y sont racontés avec verve et franchise. Les clients de son magasin se succèdent dans une série d'étonnantes rencontres. De la vedette de cinéma au rituel inattendu au fétichiste amateur de caoutchouc, en passant par le couple échangiste, le masochiste provocateur ou l'homosexuel tenu en laisse, les portraits sont tracés sans préjugés, avec une sorte de tendre humour à la fois drôle et fascinant.
Ivanka Mikitch est surprise, parfois choquée. Mais elle ne juge pas. Elle ne condamne pas. Dans la jungle du sexe, tout est acceptable à ses yeux, à condition de ne pas être imposé. Son livre est le récit d'une jeune femme explorant un monde sulfureux dont elle ne connaissait rien, mais le faisant avec curiosité et ouverture d'esprit. Il est un plaidoyer à la fois pittoresque et convaincant pour la liberté du sexe consenti, dans le respect des goûts individuels même les plus inattendus.

13 x 20 cm, 168 p., ISBN 2-88892-015-B, 13 euros,
XENIA EDITIONS, CP 395, CH-1800 VEVEY
info@xeditions.comwww.xeditions.com
En vente aussi sur Amazon
 
A lire aussi :
 LES AMANTS DU VAL TARI
Sa première oeuvre de fiction, "La Nuit des lucioles" (Editions du Rocher), avait déjà valu à Ivanka Mikitch d'être comparée par certains critiques à Mauriac et à Giono.
"Les amants du Val Tari" est de la même veine. C'est l'émouvant récit, traité avec tendresse, réalisme et humour, de la dévorante passion du riche paysan Milian pour la belle Ioana. L'histoire se situe dans la campagne balkanique profonde, où l'amour est teinté de violence, où le malheur se traite par l'alcool, où le drame se transforme en fête, où les femmes se soumettent jusqu'au jour où elles règlent leurs comptes, parfois dans le sang. Aucune politique, aucune allusion aux événements de ces dernières anées. La description, dans un village perdu, de ce qui survit aux folies des gouvernements et des armées : l'affrontement de profonds sentiments humains. Le roman d'Ivanka Mikitch éveillera la nostalgie des émigrés de son pays, comme il envoûtera le lecteur français, désireux de savoir jusqu'où iront la vengeance d'Ioana, violée dans sa jeunesse, et l'entêtement de Milian, auquel rien ne doit résister. Un beau livre, qui témoigne de la vitalité de la littérature slave.
 
 VATIKAN, EVROPA I RAJH OD PROVG SVETSKOG RATA DO HLADNOG RATA
Pour nos amis qui lisent le serbe, le remarquable livre d'Annie Lacroix-Riz sur le Vatican a été traduit et publié par la maison d'édition de Belgrade Sluzbeni glasnik sous le titre "Vatikan, Evropa i Rajh od Provg Svetskog Rata do Hladnog Rata", 647 p."
 
 LE PROCES MILOSEVIC OU L'INCULPATION DU PEUPLE SERBE

Depuis plus de dix ans Patrick Barriot et Eve Crépin, anciens Casques bleus en ex-Yougoslavie, se battent pour faire entendre la voix des Serbes de Krajina et rompre le silence médiatique qui entoure leurs souffrances. Aussitôt après l’invasion de la Krajina par les
forces croates, au mois d’août 1995, ils ont publié aux éditions L’Age d’Homme On assassine un peuple – Les Serbes de Krajina, seul ouvrage publié à ce jour sur l’histoire de ce peuple sans cesse tourmenté. Cet ouvrage émouvant a été cité par le Président Slobodan Milosevic lors de sa déclaration liminaire devant le TPIY, le lundi 18 février 2002.
    Premiers témoins français de la défense, Patrick Barriot et Eve Crépin ont rapporté à la barre du TPIY, au mois de janvier 2005, ce qu’ils avaient vécu durant la guerre en ex-Yougoslavie. A cette occasion, ils se sont entretenus longuement et à plusieurs reprises avec Slobodan Milosevic dans sa prison de Scheweningen.
    Ce document historique, préfacé par le Président Slobodan Milosevic et par le général Pierre-Marie Gallois, nous fait vivre un double face-à-face. D’abord le face-à-face exceptionnel avec l’homme qui a dirigé la République fédérale de Yougoslavie durant l’une des périodes les plus tragiques de son histoire. Ensuite le face-à-face houleux avec madame Carla del Ponte, procureur général du TPIY, qui a mis en accusation, par-delà la personne de Slobodan Milosevic, l’ensemble du peuple serbe et qui a propagé la notion de responsabilité collective d’un peuple.

Voir la préface de Pierre-Marie Gallois et l'avant-propos de Slobodan Milosevic

 
 UN NOUVEAU LIVRE DE PIERRE HILLARD
LIVRE DE PIERRE HILLARDLe dernier livre de Pierre Hillard, intitulé "La décomposition des nations européennes - de l'union euro-atlantique à l'Etat mondial", vient de paraître aux Editions François-Xavier de Guibert.
Il s'agit d'un ouvrage important, brillamment préfacé par Edouard Husson, presque entièrement constitué par les articles que l'auteur a publiés dans B. I. Notre journal est fréquemment cité et nous sommes particulièrement heureux d'avoir pu contribuer à faire connaître le travail de notre
collaborateur et ami.
Son analyse du vaste mouvement qui édifie peu à peu l'empire occidental sous l'hégémonie des Etats-Unis se fonde sur une remarquable abondance de réferences et de documents. Nous en ferons bien sûr la recension dans un prochain numéro de B.I., mais d'ici là nous en recommandons chaleureusement la lecture à tous ceux qui s'intéressent à une réalité internationale trop souvent enjolivée par des mensonges et des illusions.
 
 La division Skanderbeg
par Laurent LATRUWE et Gordana KOSTIC
Ed. Godefroy de Bouillon
La Division SkanderbegDurant la Seconde guerre mondiale - quand, pour la première fois, la Yougoslavie a été supprimée et son territoire morcelé - l'occupant nazi avait formé des divisions SS, composées de volontaires locaux sous commandement allemand, pour renforcer sa lutte contre les forces de résistance qui s'étaient développées très rapidement dans la population serbe après la capitulation en avril 1941. La Waffen-SS albanaise "Skanderbeg", à laquelle se sont intéressés Laurent Latruwe et Gordana Kostic, a été constituée en avril 1944 ; elle était la dernière de ces créations et ne parvint pas - sinon dans la cruauté - au renom qu'obtinrent deux formations de ce type créées avant elle.


Le VERJUS





Le plus petit des
grands journaux
et le plus grand
des petits journaux